Vietnam

 

Retour choix des pays

  (Généralités en bas de page.)

  Du 30 Novembre  au 23 Décembre 2005...

        Vietnam, présentation.

  Ruiné par 30 ans de combats pour gagner son indépendance, le Vietnam, rural, vit encore au rythme du siècle dernier. Les vietnamiens aiment venir au contact, nous parler (en vietnamien bien entendu), nous offrir le thé... Nous avons parcouru le pays du Nord au sud.

        Passage de la frontière, un mauvais départ.

Aucune ambassade vietnamienne n'a pu nous informer sur la possibilité d'entrer le camping-car au Vietnam. Mystère ! Nous arrivons à la frontière de Cau Trau nous pouvons entrer en tant que personne, mais pas le camping-car. Pour obtenir l'autorisation, il faut se rendre en bus à la ville principale de la province, soit 130 kilomètres parcourus en 4 heures. Là, le département de police nous donne à remplir un formulaire, écrit tout en vietnamien. Personne ne parle anglais, et on essaie de se faire comprendre à l'aide de signes et de dessins. Le papier enfin rempli, nous devons maintenant attendre lundi pour obtenir l'autorisation. Nous passons 4 jours à la frontière, dans le brouillard, 10 degrés de température extérieure, et avec une réserve de nourriture très réduite, à part 5 kilos de riz ! Un aperçu de vie asiatique. Des camions chargés de pauvres chiens passent la frontière. attrapés au Laos, ils seront consommés au Vietnam sous forme de soupe, ragout ou saucisses...Pauvres chiens ! Lundi, nous obtenons le précieux papier. Hélas, le camping-car ne veut plus démarrer.

Policiers sympathiques

Camion remplis de pauvres chiens. Aujourd'hui, ils sont tous au paradis des chiens...Pensons à eux.

Le camping-car en panne à la frontière. Quel temps !

 

        Tay Son, une halte forcée mais agréable.

Le camping-car est tracté par un mini-van, 30 kilomètres de descente en lacets, pour arriver à Tay Son, le premier village. Le mécanicien, dans un premier temps, ne veut pas toucher au moteur qu'il juge trop sophistiqué. Il est question de faire remorquer le véhicule jusau'au Fiat de Hanoi mais le  dépanneur, après avoir jeté un coup d'oeil au véhicule, refuse de le transporter. Enfin, voyant Luc désespéré devant son capot ouvert, le mécanicien met la main à la pâte, entouré d'une vingtaine de villageois contemplant les opérations. Ouf, le moteur démarre, les locaux sont fous de joie tout comme le mécanicien qui est très fier. C'était un problème d'eau dans le gas-oil !

Le garage qui répare notre camping-car.

Les villageois assistent aux réparations

Ouf, c'est réparé le mécanicien, au centre, est fier !

Beaucoup de vietnamiens veulent visiter le camping-car. Certains entrent sans avoir frappé à la porte. Ils s'installent, ouvrent les placards, essaient tous les stylos de ma trousse. Surprenant ! Mais ils sont très gentils. Marion et Thibault se sont faits des copains. Une jeune  fille, Tram, a tenu à faire un cadeau à Marion. Tout le monde nous parle en vietnamien, de longues conversations comme si nous comprenions. Mais l'essentiel, c'est le merveilleux contact que nous avons avec eux.

Marion et sa copine. Tram a 4 ans de plus que Marion...mais les asiatiques sont petits !

Thibault, son copain, et le jeune aide mécanicien.

Luc boit une boisson alcoolisée. Allez, il faut boire cul-sec  !

        La route vers le Nord.

Nous voulions avoir un aperçu du Nord, mais le mauvais temps persiste. Dans cet environnement brumeux, évidemment, la baie d'Halong n'a pas sa splendeur de carte postale. Le Nord surprend par ses tableaux de scènes rurales. Les femmes, chapeaux côniques sur la tête, travaillent aux champs, à la main, les hommes labourent  aidés de gros buffles d'eau. Les vietnamiennes portent des palanches chargées, ces paniers suspendus au bout d'un baton porté sur l'épaule. Peu de voitures, mais beaucoup de vélos et de mobylettes, ne facilitant pas la conduite. Sur les mobylettes, de curieux chargements nous étonnent : quelques cochons, un veau, des poules...Nous n'avons fait qu'un passage à Hanoi.

Baie d'Halong dans la brume, dommage !

Vendeuse ambulante à Hong Gai

Vendeuse avec sa palanche.

 

 

 

Vendeuse de bananes

Dans les champs.

Le propriétaire du buffle est fier.

 

        Le centre

Après le brouillard et le froid, c'est la pluie qui nous accompagne. Les champs sont inondés à perte de vue et seule émerge la route rectiligne.

HOI AN est une charmante petite ville touristique en bord de mer,  port international du siècle dernier. Les rues en face du port sont inondées et nous achetons des imperméables et des parapluies pour visiter la ville. L'ambiance nous séduit, avec ses anciennes maisons de caractère, ses commerces chinois, comme si nous avions remonté le temps, dans une ambiance relaxante. De plus, la cuisine de Hoi An est excellente. Même les enfants se jettent sur les plats et picorent encore dans les notres. Notre plat préféré, les raviolis frits, fourrés à la crevette !

Le petit pont japonais, vieux de 500 ans.

Les ruelles de Hoi An.

Inondations.

 

 

 

Hoi An

Vendeuse avec ses quelques crevettes

Une vendeuse offre des sifflets aux enfants

  La route n°1 (en fait, il n'y en a qu'une !) s'effrondre en deux endroits juste avant notre passage. Nous sommes restés coincés 24 heures dans les bouchons en attendant que la route soit empruntable, avec tout le confort que procure un camping-car. Malgré l'attente, les vietnamiens entassés dans les bus ont toujours gardé le sourire.

Nous nous arrêtons souvent pour dormir sur les stations service. Les pompistes, toujours accueillants, nous proposent du thé, préparé avec une eau jaunâtre que nos estomacs ne supportent pas. Mais on ne peut pas refuser, ce serait impoli !

NHA TRANG   Garés face à la mer déchaînée et d'une couleur plus que boueuse, nos amis en camping-car, Anne et Jacques arrivent en  klaxonnant joyeusement. Nous revoilà réunis à nouveau. Anne et moi allons nous faire bichonner chez un coiffeur français, jean-Lou, tandis qu'une lessive tourne à la laverie. Les hommes boivent un pastis sur la terrasse. Tout va bien ! Mais la  pluie ne cesse de tomber et nous pousse vers le sud, Saigon appelée aussi Ho Chi Minh ville.

Beau bivouac...

Ma  coupe de cheveux chez Jean-Lou...

Achat d'un sapin de Noël.

        Saigon ou Ho Chi Minh Ville

Saigon, 8 millions d'habitants et 4 millions de mobylettes. Luc se débrouille comme un chef pour se frayer un passage au milieu de ces deux roues à la conduite dangereuse. Le centre est extrêmement bruyant : bruit de moteurs, klaxons, musique, même les gens parlent fort. Difficile aussi de visiter : les mobylettes, en masse compacte, sont garées sur les trottoirs. Un petit tour dans la ville permet d'admirer les anciens bâtiments coloniaux français. Les enfants sont ravis de trouver un magasin de jouets, le premier que nous avons vu au Vietnam. Il y aura des cadeaux au pied du sapin ! Ouf, nous sommes le 22 Décembre. Nous retrouvons Monique et Jean, que nous avions rencontré au Laos.

L'hôtel de ville.

La circulation infernale, même de nuit.

Sur les trottoirs, les mobylettes sont garées.

 

 

 

Vendeuse de noix de coco

Coiffeur dans la rue

Les beaux bâtiments cotoient les moins beaux

En route pour la frontière. Comme pour le Vietnam, nous sommes dans l'incertitude de pouvoir y entrer le véhicule. Les employés de l'ambassade du Cambodge au Vietnam nous ont dit " pas pouvoir, pas pouvoir" . Allons voir...

 

        Généralités

 

Vie de tous les jours         Valable pour Décembre  2005

 

 

Change

Monnaie: le Dong. 1 euro = 18 500  Dg  - Distributeur automatique dans les villes   .

Langue

Vietnamien, parfois  anglais ou français.

Douanes

Visa  de 30 jours . Coût: 37  euros  par  personne  pour 1 mois. Pour le véhicule, Importation du véhicule temporaire et permis de circulation. Délai pour passer : Personnes 5 mn. Véhicule : 3 à 5 jours pour obtenir le permis de circulation auprés de la police locale dans la capitale de la province.

Carnet de passage en Douane : non obligatoire  .

Assurance : Non.

Sortie du véhicule du pays :  5 mn .

Nbre de jours passés

22 jours

Courses

Supermarchés dans les grandes villes. Epiceries locales.

Restaurants

Restaurant : Prix moyen : 1 à 2  euros par personne pour un repas  complet (viandes,légumes,  riz).

Internet

Trés nombreux cybercafés :  0,3 euro de l'heure.

Possibilité de connecter son ordinateur portable .

Nous utilisons skype  pour communiquer avec la famille (en conversation vocale).

Vie en camping-car

Routes

Routes de bonne qualité. Routes payantes  . On roule  à droite!

Nbre de nuits de camping

0.

Bivouacs

Station services - Dans la rue pour les villes et parking payant pour les grandes villes.

Pas de problémes de sécurité pour les bivouacs .

Partie Technique

Carburants

Gas-oil: 0,40 euros par litre

Gaz

Propane 

Electricité

220V .

Laveries

0,5 euros par kg (lavage et sechage).

retour haut de page

[Accueil][Pays visités][notre famille][projet][Camping-car][Pages spéciales][Aquarelles][les liens][nous contacter]

voir site www.ccadm.fr

copyright(C) ccarautourdumonde 2003 tous droit réservés.